La ferme agroécologique

« une ferme pour vivre et transmettre l’agriculture écologique »

La ferme a été créée en 2009, pour vivre de notre métier d’agriculteur et surtout pour mettre à l’épreuve de la pratique nos grands idéaux utopistes sur l’agriculture écologique…

La ferme est avant tout un lieu de vie et de production. Nous y cultivons 0,5 ha de légumes diversifiés de plein champ, 0,1 ha de petits fruits et 0,5 ha de vergers en traction animale selon les principes et techniques de l’agriculture écologique.

Nous essayons de préserver, découvrir ou redécouvrir une agriculture indépendante de l’industrie, particulièrement de l’industrie pétrolière…

Nous recherchons aussi une agriculture productive qui puisse nourrir les hommes sans nuire à l’environnement et qui puisse aussi permettre aux paysans de vivre dignement de leur métier, ce qui veut dire des résultats économiques permettant un salaire décent.

Nous utilisons donc exclusivement la traction animale pour le travail du sol, le transport et l’épandage des composts et fumiers (issus de la ferme et d’une ferme voisine), le binage de précision et les grosses récoltes.

Nous couvrons au maximum les sols par des engrais verts. Nous produisons en plein champ, sans utilisation de bâches plastiques. Nos semences (issues de variétés populations et non hybrides F1) sont, en petites proportions, produites sur la ferme et, pour le reste, échangées avec d’autres maraîchers ou achetées chez des petits semenciers artisanaux.

Les cultures sont cultivées sur buttes et sur mini-planches pour permettre une forte densité, donc une couverture optimale du sol et un bon rendement. Les cultures sont binées en traction animale et manuellement.

Les produits sont tous vendus très localement à moins de 12 km de la ferme, au marché et à la Biocoop de Saint-Girons. Pour les soins aux plantes, nous utilisons des extraits fermentés et autres tisanes de plantes…

Sur la ferme, nous expérimentons diverses techniques dans le but : soit de diminuer le temps de travail, soit d’augmenter les rendements, soit de diminuer l’impact écologique de nos pratiques.